Respect Hub

Travail à domicile: 3 conseils pour les employés

Travail à domicile: 3 conseils pour les employés

 

 

  1. Combinez structure et flexibilité

Profitez des opportunités qu’offre une journée non-structurée mais assurez-vous de respecter un horaire qui vous permettra d’être responsable et efficace.

 

  1. Planifiez et profitez pleinement de vos pauses

Prenez des pauses fréquentes et assurez-vous de bien déconnecter du travail afin que cela vous procure le repos mérité. Allez dehors, connectez avec quelqu’un ou trouvez une activité qui vous permet de vous sentir énergisé.

 

  1. Créez un espace dédié au travail

Faites une distinction claire entre le travail et la vie de famille dans le but de créer un cadre à respecter et ainsi réduire les distractions.

 

* Ne soyez pas trop sévère envers vous-mêmes, cette transition prend un certain temps!

 

Travail à domicile: 3 conseils pour les employeurs

 

  1. La confiance est la clé

En tant qu’employeur, cela aide énormément si vous avez confiance en vos employés et cela fonctionne dans les deux sens.

 

  1. Partagez les événements positifs

Établir un réseau de communication interne où les événements positifs peuvent être partagés au sein de l’équipe.

 

  1. Encouragez les interactions et la collaboration

Trouvez ce qui fonctionne le mieux pour votre équipe afin de rendre la communication facile et efficace. Il existe beaucoup d’options (Skype, HangOuts, Go To Meetings, courriels, appels téléphoniques, etc.) et en utiliser plus d’une peut être utile.

 

Employeurs:

 

  1. Ne planifiez aucune réunion pendant la première heure de travail

Évitez de planifier des réunions pendant la première heure d’une journée de travail pour donner aux employés la possibilité de bien s’installer et de s’occuper des tâches urgentes.

 

  1. Renseignez-vous auprès de chaque employé pour déterminer comment ils vont

Demandez aux superviseurs et aux gestionnaires de vérifier individuellement avec les employés pour voir comment ils font face aux impacts de la pandémie et s’adaptent à leur nouvelle normalité. Cela peut également être l’occasion d’explorer ce dont les employés peuvent avoir besoin pour continuer à travailler de manière productive et efficace.

 

  1. Encouragez les employés à utiliser un VPN

Un réseau privé virtuel, ou VPN, est une mesure de sécurité qui étend un réseau privé à un réseau public pour aider à améliorer la sûreté et la sécurité des données partagées. Si votre organisation n’a pas configuré de VPN, il existe plusieurs options gratuites ou payantes en ligne à explorer.

 

Employés:

 

  1. Allumez et éteignez votre ordinateur à la même heure chaque jour

Il est très facile de travailler en dehors d’une journée normale de 8 heures lorsque vous travaillez à domicile. Assurez-vous de vous connecter et de vous déconnecter à la même heure chaque jour pour aider à établir un équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Si vous êtes connecté à votre messagerie professionnelle sur votre téléphone, définissez un cycle “Ne pas déranger” pour limiter les notifications en dehors des heures de travail.

 

  1. Évitez d’être connecté aux chaînes d’informations en tout temps

Les nouvelles constantes peuvent être accablantes et stressantes, et rendre difficile la concentration sur le travail devant vous. Si vous aimez travailler avec le bruit de fond, remplacez les chaînes d’informations par de la musique ou des podcasts à la place.

 

  1. Créez un espace de travail lumineux

Si vous le pouvez, essayez de travailler près d’une fenêtre ou d’une autre source de lumière naturelle. D’autres options incluent l’investissement dans un nouvel éclairage de bureau, une lampe de luminothérapie ou l’ajout de bougies ou de plantes à votre espace. Ceci est particulièrement important lorsque nous entrons dans les mois d’hiver et peut vous aider à rester concentré et engagé dans votre travail.

 

Sécurité en ligne: ressources pour les jeunes, les parents et les enseignants

Sécurité en ligne: ressources pour les jeunes, les parents et les enseignants

Au cours de la dernière année, de nombreux Canadiens ont vu leur vie professionnelle, scolaire et sociale devenir de plus en plus virtuelle, passant plus de temps en ligne que jamais auparavant. Bien que ces transitions aient été nécessaires et bénéfiques dans notre situation actuelle, elles ont également augmenté certains risques pour les jeunes en ligne. Cela comprend plus de temps passé en ligne sans surveillance pour les jeunes et l’isolement social pour certains enfants qui n’ont pas accès à Internet. Cette augmentation du temps passé en ligne a augmenté les risques d’exposition à des contenus préjudiciables et à des comportements prédateurs.

Il est important de veiller à ce que les enfants et les jeunes restent en sécurité en ligne. Il a été reconnu que des politiques, stratégies, protocoles et pratiques axés sur la sécurité des enfants sont nécessaires pour aborder ces problèmes de sécurité en ligne de manière exhaustive et efficace.

Respect Group est ravi d’annoncer sa participation en tant que membre de la Coalition nationale pour la sécurité en ligne, en partenariat avec Repaires Jeunesse du Canada et la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants, avec un financement d’Emploi et Développement social Canada (EDSC).

L’un des objectifs de cette collaboration est de partager des ressources d’apprentissage accessibles et fondées sur des données probantes avec les jeunes, les enseignants, les parents et d’autres intervenants à travers le Canada pour aider les jeunes à rester en sécurité et résilients en ligne. Nous avons rassemblé plusieurs ressources disponibles tirées de nos programmes Respect pour aider les jeunes, les parents et les enseignants à parler des préjudices et des impacts potentiels du comportement en ligne et de la manière d’intervenir lorsque nous voyons ou apprenons des comportements virtuels nuisibles et néfastes.

Explorez les ressources ci-dessous pour en savoir plus sur la façon d’aider les enfants et les jeunes à se protéger sur Internet et d’assurer leur sécurité en ligne!

  • Ce module, offert en version anglaise seulement pour le moment, utilise des personnages, des animations et des stratégies d’apprentissage adaptés aux jeunes pour discuter de la sécurité (en personne et en ligne). Un objectif important de ce module est d’expliquer les abus sexuels et le harcèlement de manière adaptée au stade de développement, de discuter de l’importance de ne pas envoyer de photos sexuellement explicites et plus encore.

 

  • Ce clip puissant traite de la vie de la fille de Glen Canning, Rehtaeh Parsons, et de l’importance de la prudence lors de publications en ligne. La clé à retenir est qu’Internet n’a pas de bouton de suppression. Ce clip est tiré de notre programme Respect et Sport pour le Parent.

 

 

  • Le documentaire «Dark Cloud» de Telus, présente la vie de Carol Todd et son parcours avec l’Amanda Todd Legacy Society. Il contient des informations sur la prévalence de la cyberintimidation et les préjudices qui y sont associés. Le film est disponible en version anglaise uniquement.

 

  • Ce document du programme Respect à l’école fournit une définition et des exemples de cyberintimidation et discute des impacts que la cyberintimidation peut avoir sur les jeunes. Des ressources supplémentaires sont incluses à la fin du document.

 

  • Ce document du programme Respect et Sport pour le Parent aide les parents à comprendre la cyberintimidation et à apprendre comment prévenir ou réduire les impacts de la cyberintimidation sur leurs enfants. Cette ressource explique également ce qu’il faut faire lorsque vos enfants intimident d’autres personnes en ligne

 

  • Ce document du programme Respect et sport pour le parent traite des signes avant-coureurs indiquant que votre enfant peut être victime de cyberintimidation. Il propose aussi 10 conseils de sécurité en ligne pour les parents et les éducateurs ainsi que les étapes à suivre pour signaler une exploitation sexuelle par Internet soupçonnée.

 

  • Ce document du programme Respect et Sport pour Leader d’activité explique comment lutter contre l’intimidation en tant que victime, agresseur ou spectateur. Chaque section a un court acronyme que les jeunes peuvent utiliser pour se souvenir des étapes à suivre pour chacun des trois rôles.

 

Bruno Gervais et le programme en ligne: Respect et Sport pour le Parent

Bruno Gervais et le programme en ligne: Respect et Sport pour le Parent

Bruno Gervais discute avec son père à RDS de l’importance de la relation Parent-Enfant dans le sport et dévoile quelques outils tirés de notre programme en ligne: Respect et Sport pour le Parent.

Le programme Respect et sport pour le parent aide à définir une norme de comportement pour tous les parents et à créer un environnement plus gratifiant, sécuritaire et respectueux pour toutes les parties impliquées. Les parents veulent bien faire en soutenant leurs enfants. Respect et sport fournit aux parents les outils pour y arriver!

Pour plus d’informations sur notre programme, cliquez ici

Pour offrir le programme aux membres de votre organisation, communiquez avec Bruno par courriel en cliquant ici.

Responsabiliser les spectacteurs 101: en contexte sportif, scolaire et de travail

Responsabiliser les spectacteurs 101: en contexte sportif, scolaire et de travail

Que signifie responsabiliser le spectateur?

Bien que nous soyons conscients du préjudice qui peut être causé à un enfant victime de maltraitance (qui comprend l’intimidation, l’abus, le harcèlement et la discrimination), plusieurs d’entre nous ne savent pas quoi faire si nous soupçonnons ou apprenons qu’un enfant a été victime de maltraitance. Les spectateurs outillés ont les connaissances et les outils nécessaires pour agir lorsque des mauvais traitements sont soupçonnés ou révélés. Cela signifie que les parents, les entraîneurs et les autres jeunes leaders ont une conscience et une compréhension claires des signes d’abus et de ce qui constitue de la maltraitance, des actions à prendre si un enfant révèle qu’il a été blessé et des étapes à suivre pour signaler un cas suspect de maltraitance.

Bien que cette définition et les informations ci-dessous s’appliquent aux contextes sportifs et scolaires, le thème général de responsabilisation du spectateur et les outils décrits ci-dessous peuvent être appliqués dans une variété de contextes, y compris le milieu de travail.

L’importance des spectateurs

La maltraitance est une question de pouvoir: le délinquant tente de contrôler ou de maîtriser la victime, causant ainsi, un préjudice. Cependant, les spectateurs qui soupçonnent ou sont conscients que des mauvais traitements ont eu lieu détiennent un pouvoir incroyable qui peut soit améliorer ou aggraver la situation et, ultimement, modifier les conséquences de ces agissements sur les victimes.

Il est normal que les personnes retardent ou ne divulguent pas qu’elles ont subi des mauvais traitements. Il existe de nombreuses raisons pour ne pas divulguer les comportements néfastes qu’ils subissent, notamment les différences de pouvoir, les sentiments d’impuissance, la peur de l’agresseur, l’isolement, le silence, le manque d’intervention des spectateurs et le déni organisationnel (Mountjoy et al., 2016). Si des spectateurs sont témoins ou soupçonnent des mauvais traitements mais ne disent rien, que ce soit en raison de l’acceptation du comportement, de la non-intervention, du déni ou du silence, les victimes peuvent croire que le comportement est acceptable et qu’elles seraient impuissantes si elles choisissent de s’exprimer (Mountjoy et al., 2016). Le rôle du spectateur est crucial pour que les personnes victimes de mauvais traitements se sentent à l’aise de divulguer quand elles subissent des mauvais traitements. Le rôle des spectateurs est aussi important pour comprendre quels comportements sont acceptables ou inacceptables et pour défendre les enfants dont ils ont la garde.

Comment lutter contre les mauvais traitements:

1. La conversation initiale

Si vous soupçonnez qu’un enfant subit des mauvais traitements ou qu’il vous révèle un incident où il a subi un préjudice, la première étape consiste à discuter de vos préoccupations avec l’enfant. La conversation doit être documentée et doit avoir lieu dans un espace sûr et confidentiel. La règle de deux s’applique toujours dans ce contexte, ce qui signifie qu’un autre adulte doit être présent pour la conversation. La conversation doit être aussi ouverte que possible; cela signifie d’utiliser une écoute active et empathique et éviter les questions suggestives ou insidieuses. (Jeckell et al., 2018). Si la divulgation se produit lorsque vous êtes seul avec un enfant, vous devez signaler l’incident à votre organisation et vous assurer de faire un suivi avec l’enfant et ses parents dès que possible pour discuter des prochaines étapes.

Il peut être difficile de savoir quoi dire et peut être aussi triste d’entendre que des mauvais traitements ont eu lieu. Les choses les plus importantes à retenir sont les suivantes:

  • Faites savoir à l’enfant que vous le croyez
  • Expliquez que ce qu’ils ont vécu n’est pas de leur faute et que le comportement n’est pas acceptable
  • Encouragez-les à être courageux et à parler du mal qu’ils ont subi

 

Chaque situation doit être traitée individuellement avec un soutien émotionnel et psychologique. Des services médicaux doivent être aussi proposés à l’enfant en fonction de ses besoins (Jeckell et al., 2018). Des ressources comme Jeunesse, J’écoute sont disponibles partout au Canada, 24 heures par jour, 7 jours par semaine pour soutenir les jeunes en détresse.

En plus du processus décrit ci-dessus, les parents peuvent trouver plus de ressources pour soutenir un enfant ou un jeune qui a divulgué un abus ou une inconduite grâce aux conseils décrits sur AidezMoiSVP.ca

2. Signalement des mauvais traitements

Tout adulte qui soupçonne qu’un enfant a subi des mauvais traitements a le devoir de signaler ses inquiétudes aux autorités appropriées. Si vous pensez qu’un enfant est en danger immédiat, composez le 911. Votre organisation sportive peut également avoir un processus interne pour signaler les cas de maltraitance. S’il est essentiel de contacter les autorités locales pour signaler les abus, alerter l’organisation sportive le plus tôt possible peut aider à protéger d’autres enfants qui peuvent encore être sous la garde du présumé contrevenant.

L’Association canadienne des entraîneurs a ici une liste complète de ressources que vous pouvez contacter à l’échelle nationale pour signaler vos préoccupations. Certaines de ces ressources comprennent:

 

3. La prévention

Après avoir signalé l’incident de maltraitance et pris des mesures pour remédier à l’incident, il est important pour les organisations de revoir leurs processus internes pour éviter que les mauvais traitements se poursuivent. Selon Mountjoy et al., (2016), cela peut inclure:

  • S’assurer qu’il existe des politiques et des codes de conduite clairs en matière de sport sécuritaire et de prévention de la maltraitance
  • Éducation et formation complètes et régulières sur les codes de conduite et les pratiques sportives sécuritaires
  • Maintenir ou créer un processus de recrutement standardisé pour le personnel / les bénévoles qui comprend une vérification des antécédents
  • Maintenir ou développer un processus de réclamations et de soutien
  • Continuer de surveiller et d’évaluer les pratiques sportives sécuritaires

 

Bien que les informations ci-dessus soient spécifiques au sport, des processus similaires peuvent être suivis dans les écoles et les lieux de travail. Si vous soupçonnez que l’intimidation, les abus, le harcèlement ou la discrimination, également connus sous le nom de mauvais comportements, se produisent dans votre école, il est important de contacter les autorités locales et le conseil scolaire pour signaler vos préoccupations. De plus, vous pouvez explorer les procédures de signalement d’incidents de mauvais comportements sur le site Web de votre conseil scolaire local. Les politiques et procédures de Bien-être à l’école (que vous trouverez ici) sur l’intimidation en sont un exemple, qui comprennent des ressources supplémentaires que les parents et les enseignants peuvent explorer.

Si des mauvais comportements se produisent sur votre lieu de travail, les processus de signalement peuvent différer en fonction de votre emplacement. Vous pouvez en apprendre davantage sur la recherche de soutien, le soutien des autres et la création d’un changement de culture pour prévenir les mauvais comportements grâce aux ressources des Stratégies en milieu de travail pour la santé mentale.

Enfin, vous pouvez en savoir plus sur comment reconnaître les mauvais comportements et les conseils pour agir en consultant les ressources ci-dessous:

 

Références:

Jeckell, A. S., Copenhaver, E. A., & Diamond, A. B. (2018). The spectrum of hazing and peer sexual abuse in sports: A current perspective. Sports Health, 10(6), 558-564.

Mountjoy, M., Brackenridge, C., Arrington, M., Blauwet, C., Carska-Sheppard, A., Fasting, K., … & Starr, K. (2016). International Olympic Committee consensus statement: harassment and abuse (non-accidental violence) in sport. British Journal of Sports Medicine, 50(17), 1019-1029.

 

Déclaration de consensus du Comité international olympique: harcèlement et abus dans le sport

Déclaration de consensus du Comité international olympique: harcèlement et abus dans le sport

Introduction / Contexte

 

La nature du sport et de l’athlétisme signifie qu’il y a toujours un risque d’accident, de blessure et de préjudice. Les organisations sportives ont une obligation morale et légale de protéger leurs athlètes. Alors que les blessures accidentelles sont largement reconnues et traitées par la plupart des organisations sportives, la violence non accidentelle et les mauvais traitements résultant d’abus, de harcèlement et d’autres comportements préjudiciables sont moins bien reconnus et parfois ignorés ou totalement niés (Mountjoy et al., 2016). Tous les athlètes, de tout âge, ont le droit de pratiquer le sport dans des environnements sécuritaires et positifs.

 

Ces problèmes ne sont pas spécifiques au sport et se retrouvent ailleurs dans d’autres secteurs de la société, notamment sur le lieu de travail, les écoles et d’autres institutions. Cependant, la source du problème au sein de la culture du sport peut être trouvée dans les nombreuses différences de pouvoir, en particulier entre les adultes et les jeunes / enfants, entre les athlètes, ou entre les athlètes et les organisations sportives, qui peuvent rendre difficile pour les athlètes de se défendre eux-mêmes et de faire valoir leurs droits (Mountjoy et al., 2016). Les risques propres au sport comprennent la nature des relations entraîneur-athlète; les modes de recrutement des athlètes; les risques lorsque des athlètes d’élite mineurs sont transférés dans des équipes éloignées loin de leur système de soutien; les pratiques qui mesurent les lectures physiques / biologiques; des sessions d’entraînements à plusieurs endroits / heures; et les pratiques de bizutage (Mountjoy et al., 2016 ).

 

Abus psychologique

 

Tous les types d’abus sont enracinés dans la violence psychologique (Mountjoy et al., 2016). Les abus psychologiques signalés par les athlètes comprennent (mais sans s’y limiter) l’humiliation, le rabaissement, les cris, le bouc émissaire, le rejet, l’isolement, les comportements menaçants, l’ignorance des comportements et le déni d’attention ou de soutien (Mountjoy et al., 2016). En outre, les pratiques de coaching psychologiquement abusives peuvent à la fois cacher et conduire à des comportements toxiques et à des abus sexuels (Mountjoy et al., 2016).

 

Abus sexuel

 

Alors que les abus sexuels se produisent souvent par des individus en position de pouvoir et d’autorité, le harcèlement sexuel est beaucoup plus susceptible de se produire entre les athlètes et leurs pairs (Mountjoy et al., 2016). Ce comportement peut être appris par les athlètes de cultures sportives qui acceptent ou même encouragent ce type de comportement (Mountjoy et al., 2016). Le risque d’abus sexuel est plus grand lorsque les athlètes ne sont pas protégés (par exemple par des politiques sportives sécuritaires, des codes de conduite, etc.), lorsque l’agresseur est très motivé à nuire à un jeune et lorsque l’athlète est très vulnérable, particulièrement dû à son âge et à sa maturité (Mountjoy et al., 2016). Le type de sport, le type de vêtements portés et les contacts physiques ne sont pas considérés comme des facteurs de risque d’abus sexuel (Mountjoy et al., 2016).

 

Intimidation et bizutage

 

L’intimidation survient dans le contexte d’un déséquilibre de pouvoir, où un individu a le désir de nuire à un autre en affirmant sa domination (Mountjoy et al., 2016). Cela diffère du bizutage, qui peut être considéré comme un «rite de passage» pour les nouveaux membres d’une équipe afin d’être acceptés par les membres existants de l’équipe, en affirmant leur domination (Mountjoy et al., 2016). La recherche a montré que les cultures sportives qui utilisent le bizutage peuvent être toxiques pour les jeunes athlètes et se caractérisent par la misogynie, l’homophobie, les comportements d’exclusion, l’inconduite, la discrimination, le manque de respect mutuel et les secrets gardés autour de ces comportements et de ces attitudes (Mountjoy et al., 2016).

 

Athlètes les plus à risque

 

Le risque de subir des violences (psychologiques, physiques et / ou sexuelles) augmente à mesure que les athlètes progressent vers des niveaux sportifs plus élitistes (Mountjoy et al., 2016). De plus, les athlètes LGBTQ + ou handicapés sont plus susceptibles de subir des abus sexuels (Mountjoy et al., 2016). Des recherches ont montré que le risque de subir n’importe quel type d’abus est deux à trois fois plus élevé pour les athlètes handicapés que pour les autres athlètes (Mountjoy et al., 2016). En outre, la première étude à grande échelle sur l’homophobie dans le sport a révélé que 80% des athlètes interrogés avaient été témoins ou avaient vécu de l’homophobie (Mountjoy et al., 2016).

 

Divulgation

 

Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles les athlètes ne divulguent pas les comportements abusifs qu’ils subissent, notamment les écarts de pouvoir et les sentiments d’impuissance, la peur de l’agresseur, l’isolement, le silence, le manque d’intervention des spectateurs et le déni organisationnel (Mountjoy et al., 2016) .

 

La différence de pouvoir entre les athlètes et les entraîneurs se manifeste par le délai de divulgation, ou l’absence de divulgation, autour des pratiques d’entraînement abusives. La normalisation des pratiques de coaching psychologiquement abusives peut empêcher les athlètes de divulguer le comportement abusif et de demander de l’aide (Mountjoy et al., 2016). Lorsque les témoins sont conscients du comportement abusif ne font rien, que ce soit par l’acceptation du comportement, la non-intervention, le déni ou le silence, les athlètes croient que le comportement est acceptable et qu’ils seraient impuissants s’ils choisissaient de s’exprimer ( Mountjoy et al., 2016). De plus, étant donné la nature compétitive du sport, les athlètes peuvent avoir l’impression qu’ils ne peuvent rien dire afin de conserver leur place dans l’équipe ou pour ne pas être ciblés par leur organisation / équipe sportive (Mountjoy et al., 2016).

 

Impact de l’abus

 

De nombreux survivants d’abus peuvent continuer à bénéficier d’une santé mentale et d’un bien-être positifs, peuvent reprendre le sport et reprendre leur vie et leurs activités normales (Mountjoy et al., 2016). Cependant, les effets à court et à long terme des abus dans le sport peuvent être extrêmement dommageables pour les athlètes et s’étendent au-delà du sport et des athlètes eux-mêmes pour en affecter leur famille, leurs amis et d’autres sphères de leur vie et ce, longtemps après que l’athlète ait quitté le sport. (Mountjoy et al., 2016). Les athlètes subissent de nombreux coûts d’opportunité dans le sport, notamment la perte de commandite, de mauvaises performances, des chances réduites de gagner à des niveaux élevés, la volonté de se livrer au dopage ou de tricher ou de quitter complètement le sport (Mountjoy et al., 2016). En dehors du sport, les impacts comprennent les maladies psychosomatiques, les troubles de l’alimentation, une faible estime de soi, une mauvaise image corporelle, l’anxiété, la dépression, l’abus de substances, l’automutilation et le suicide (Mountjoy et al., 2016).

 

L’abus psychologique, par rapport à la violence physique ou sexuelle, est la plus fortement associée aux athlètes qui présentent des symptômes post-traumatiques et dissociatifs (Mountjoy et al., 2016). De plus, le risque d’automutilation, de pensées ou de tentatives suicidaires ou de suicide réussi, augmente avec chaque type de violence subie par un jeune (Mountjoy et coll., 2016).

 

L’abus et le harcèlement sont des problèmes systémiques

 

Les abus sexuels et le harcèlement dans le sport peuvent  être considérés comme des symptômes  d’un mauvais leadership (Mountjoy et al., 2016). Lorsqu’il y a abus de pouvoir par le leadership, ou qu’une culture organisationnelle ignore, nie, ne parvient pas à prévenir ou ne peut pas accepter que le problème existe, les individus au pouvoir ont échoué envers ceux qu’ils étaient censés protéger (Mountjoy et al., 2016). En outre, la nature «gagner à tout prix» du sport et de l’idolisation des athlètes contribuent à l’acceptation ou à la normalisation de la violence et des abus dans le sport, en particulier dans les sports de contact (Mountjoy et al., 2016). Lorsque les athlètes sont considérés d’abord comme des ”atouts” ou des athlètes par les organisations sportives, plutôt que comme des enfants et des jeunes ayant des droits et des besoins, il y a un risque plus élevé de créer une culture où leurs besoins et droits individuels sont négligés (Mountjoy et al., 2016) .

 

Outre les obligations éthiques et légales de prévenir les abus dans le sport, la santé et le succès des organisations sportives s’améliorent lorsque ces mesures préventives sont en place. Les coûts économiques et d’opportunité liés aux abus dans le sport sont importants et peuvent inclure des atteintes à la réputation; la diminution du bassin de talents lorsque les athlètes d’élite quittent le sport; la résiliation de commandites / contrats; et la perte de confiance envers l’organisation (Mountjoy et al., 2016).

 

La prévention des abus et du harcèlement nécessite un changement de culture grâce à des solutions systémiques

 

Le changement organisationnel et culturel commence par le leadership. Les dirigeants qui ignorent, nient ou résistent à croire que les abus et le harcèlement se produisent dans le sport empêchent l’organisation et ses membres de travailler à la prévention et à l’atténuation des risques, créant ultimement une culture où les athlètes sont à risque (Mountjoy et al., 2016 ). Ce déni et cet abus de pouvoir permettent aux causes sous-jacentes d’abus et de harcèlement de persister et permettent aux comportements abusifs et aux pratiques dangereuses de se poursuivre (Mountjoy et al., 2016).

 

La première étape du processus de changement de culture systémique est d’être conscient et de comprendre que ces comportements existent et que les conséquences sont graves et durables (Mountjoy et al., 2016). Un élément clé de ce processus est l’éducation à tous les niveaux des organisations sportives (Mountjoy et al., 2016). Selon Mountjoy et al. (2016), «La prévention commence par une sensibilisation à la violence non accidentelle grâce à la diffusion de programmes d’éducation et de formations fondés sur des données probantes.» Il s’agit d’une étape cruciale pour doter les parties prenantes des connaissances et de la compréhension nécessaires à la fois pour créer des solutions préventives et pour surmonter le déni (Mountjoy et al., 2016). En outre, cela peut aider à prévenir l’effet de témoin passif  et à doter les témoins des connaissances et des outils nécessaires pour lutter contre les comportements abusifs lorsqu’ils voient ou soupçonnent qu’ils se produisent.

 

Les organisations sportives devraient prendre la tête d’autres organisations et institutions au service des jeunes, ainsi que les mandats légaux dans leur région pour signaler les abus et le harcèlement, afin de créer des politiques sportives sécuritaires qui s’alignent avec les meilleures pratiques actuelles (Mountjoy et al., 2016) . Il est essentiel de s’entraîner pour les personnes ayant de jeunes athlètes à leur charge à reconnaître les signes de détresse et de problèmes de santé mentale pour prévenir les effets à long terme sur la santé mentale et prévenir l’automutilation et le suicide (Mountjoy et al., 2016). Les allégations d’abus et de harcèlement devraient être traitées par des personnes ayant la formation et les qualifications appropriées, par opposition aux enquêtes internes menées par des dirigeants sportifs qui ne disposent pas de cette expertise (Mountjoy et al., 2016). En cas d’allégations de violence / d’abus, il est nécessaire d’impliquer les forces de l’ordre dès que possible (Mountjoy et al., 2016). Des structures de signalement externes devraient également être mises en place afin que les allégations d’abus et de harcèlement fassent l’objet d’enquêtes approfondies à la fois à l’interne et à l’externe (Mountjoy et al., 2016).

 

Un changement de culture peut être créé à travers la restructuration de programmes de sport sécuritaire qui abordent le contexte social des abus et du harcèlement (Mountjoy et al., 2016). Cela comprend des politiques et des codes de conduite clairs; le dépistage des antécédents et le recrutement systématique  ; l’éducation et la formation continue; le processus de réclamations et de soutien; et l’évaluation et le suivi continu des pratiques sportives sécuritaires (Mountjoy et al., 2016).

 

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le document complet en cliquant ici. Veuillez noter que le document est disponible uniquement en version anglaise. 

 

Références: Mountjoy, M., Brackenridge, C., Arrington, M., Blauwet, C., Carska-Sheppard, A., Fasting, K., … & Starr, K. (2016). International Olympic Committee consensus statement: harassment and abuse (non-accidental violence) in sport. British Journal of Sports Medicine, 50(17), 1019-1029.

 

Respect au travail: Conseils pour reconnaître les mauvais comportements et intervenir

Respect au travail: Conseils pour reconnaître les mauvais comportements et intervenir

Le lieu de travail est un espace pour connecter avec des collègues et pour travailler vers des objectifs communs. Tous les employés ont droit à un lieu de travail physiquement et psychologiquement sécuritaire. Les cadres et les employés ont un rôle important à jouer en cas d’intimidation, d’abus, de harcèlement ou de discrimination, également connu sous le nom de mauvais comportements. Lorsque des gens, particulièrement des dirigeants organisationnels, sont témoins ou sont conscients de mauvais comportements qui se produisent sur le lieu de travail mais n’interviennent pas, les employés qui en sont victimes peuvent avoir le sentiment que le comportement a été accepté ou normalisé. À leur tour, ils peuvent se sentir impuissants pour empêcher les mauvais comportements de se poursuivre et peuvent croire qu’ils n’auraient aucun support s’ils décidaient de signaler le comportement. Les témoins qui choisissent d’intervenir et de soutenir leurs collègues qui éprouvent des mauvais comportements peuvent jouer un rôle important dans le maintien de la sécurité physique et psychologique sur le lieu de travail.

Il faut du courage pour intervenir lorsque nous voyons un collègue adopté de mauvais comportement au travail. Voici quelques conseils pour reconnaître les mauvais comportements et intervenir efficacement afin de protéger vos collègues ainsi que vous-même:

Stratégies de gestion des mauvais comportements

Communication verbale

À faire:

  • Restez calme et en contrôle de vos émotions. Cela peut avoir un effet calmant sur l’agresseur.
  • Concentrez votre attention sur l’autre personne pour qu’elle sache que vous êtes intéressé par ce qu’elle dit.
  • Encouragez la personne à parler et essayez de rester ouvert et objectif.
  • Reconnaissez les sentiments de l’autre, en disant quelque chose comme: “Je peux voir que tu es contrarié”.
  • Soyez conscient des mots que vous choisissez et de la façon dont vous les dites.
  • Parlez lentement, calmement et de manière confiante.
  • Écoutez attentivement sans interrompre, critiquer ou offrir des conseils.

À ne pas faire:

  • Fixer ou regarder l’autre de manière insistante. Cela peut être perçu comme un défi.
  • Laisser la colère de l’autre devenir votre colère.
  • Utiliser des termes officiels, de terminologie complexe ou du jargon.
  • Communiquer beaucoup d’informations techniques ou compliquées lorsque les émotions sont intenses.
  • Dire à la personne de se détendre ou de se calmer.

Langage non-verbal et comportement

À faire:

  • Ayez un langage corporel calme: gardez une posture détendue, avec vos mains ouvertes et une expression neutre et attentive.
  • Positionnez-vous de manière à ce que la sortie ne soit pas bloquée.
  • Positionnez-vous à angle droit plutôt que directement devant l’autre personne.
  • Donnez à la personne suffisamment d’espace physique: généralement de 1 à 2 mètres
  • Positionnez-vous au même niveau que l’autre personne plutôt que de la dominer physiquement.

À ne pas faire:

  • Prendre une pose agressive ou défiante, comme:
  • debout directement en face de quelqu’un
  • les mains sur les hanches
  • le doigt pointé ou les bras croisés ou agités
  • Des mouvements brusques qui peuvent être perçus comme menaçants.
  • Démontrer de la violence physique ou de la confrontation. Éloignez-vous plutôt et demandez de l’aide à la sécurité ou à la police.

Réagir lors d’une agression physique

À faire:

  • Faites une scène. Hurlez aussi fort que vous le pouvez, essayez de crier des mots comme STOP, AU FEU ou À L’AIDE, et n’arrêtez pas de crier.
  • Donnez un coup de sifflet, activez votre alarme de sécurité personnelle, appuyez sur l’alarme de sécurité du bâtiment ou, en dernier recours, tirez sur l’alarme d’incendie.
  • Donnez aux témoins des instructions spécifiques pour vous aider. Désignez quelqu’un qui ira demander de l’aide:

“Toi, avec le chandail jaune, appelle le 911!”

  • Rendez-vous au lieu sûr le plus proche, comme un bureau sécuritaire ou dans un magasin ouvert.
  • Appelez la sécurité ou la police immédiatement après l’incident.
  • Si l’attaque ne justifie pas d’appeler la police, informez-en vos superviseurs ou les autorités de votre lieu de travail.
  • Déposer un rapport d’incident tel que ce rapport du programme Respect au travail pour vous aider à signaler ce qui s’est passé.
  • Essayez de vous imaginer réagir avec succès à différents types d’attaques.

À ne pas faire:

  • Si quelqu’un saisit votre sac à main, porte-documents ou autre effet personnel, ne résistez pas. Jetez l’objet à plusieurs mètres du voleur et courez dans la direction opposée, en criant “À L’AIDE” ou “AU FEU”.
  • Ne poursuivez pas quelqu’un qui essaie de vous voler ou de vous attaquer. Jamais.

Voici quelques conseils pour faire face à un agresseur si vous vous sentez en sécurité:

  • Dites à l’agresseur que son comportement est offensant, indésirable et qu’il doit cesser.
  • Documentez ce qui vous est arrivé. Vous devriez remplir le rapport d’incident de votre entreprise. Si aucun rapport est disponible, vous pouvez remplir le rapport d’incident offert par le programme Respect au Travail.
  • Vérifiez les politiques et procédures organisationnelles et connaissez vos droits.
  • Si le comportement est répété, signalez-le à un collègue, un superviseur ou un représentant des ressources humaines digne de confiance, et si cela contrevient à la loi, sachez que vous avez le droit de le signaler à la police, mais n’en discutez pas avec d’autres collègues non impliqués.
  • N’ayez pas peur de demander de l’aide ou du soutien de la part de l’organisation.

Et maintenant, voici comment faire face à un agresseur si vous vous sentez en danger:

  • Évitez d’être seul avec l’agresseur et assurez-vous de demeurer en sécurité.
  • Demandez immédiatement de l’aide et de l’assistance et signalez l’incident à un collègue, à un superviseur ou à un représentant des ressources humaines digne de confiance.
  • Documentez ce qui vous est arrivé en utilisant le rapport d’incident de votre organisation ou utilisez ce rapport d’incident offert par le programme Respect au Travail.
  • Ne parlez qu’à ceux qui peuvent vous soutenir et garder l’information confidentielle. En parler avec des parties non impliquées peut créer une dynamique indésirable qui pourrait compliquer davantage la situation.
  • Connaissez les politiques et procédures de votre organisation et connaissez vos droits.

L’éducation est essentielle pour outiller les employés qui sont témoins de mauvais comportements. Grâce à une excellente compréhension des mauvais comportements, de leurs impacts sur les employés et aux outils pour intervenir quand ces comportements se produisent, nous avons la possibilité d’offrir un lieu de travail sécuritaire et productif pour tous. Vous pouvez découvrir d’autres conseils utiles pour les employés et les dirigeants d’organisations par le biais de nos programmes en ligne:

CONTACTEZ-NOUS

Copyright © Respect Group Inc. All rights reserved.